Dernière minute

Dernière mise à jour le 24 juin 2018

La FSU soutient l’action du 28 juin

Manifestation à Lille 14h30 Porte de Paris
Emploi, salaires, pensions... la politique économique et sociale du gouvernement creuse les inégalités au profit des plus fortunés et met à mal les solidarités notamment en dégradant l’action des services publics.
La FSU apporte son soutien aux secteurs mobilisés et qui seront dans l’action le 28 juin prochain.

Alors que le monde du travail subit de profondes mutations qui trop souvent se font au détriment des salarié-es mais aussi des usager-ers, la FSU juge indispensable que le mouvement syndical partage mieux ses analyses et propositions pour peser sur les politiques actuelles et créer les conditions d’une autre politique.


Recherche sur le thème « Filles et STAPS »

Message à l’attention des enseignants d'EPS de Lycées-LP

Le laboratoire CERIES de l’Université de Lille et le Centre « EPS et Société », sous la direction de Carine Guérandel, Maître de Conférence en sociologie à l’université de Lille, initient une recherche sur le thème « Filles et STAPS ».
Ce sujet de recherche est un axe fort de la réflexion sur l’avenir de nos métiers liés aux pratiques sportives et les orientations que choisissent les lycéens-lycéennes…
Le SNEP-FSU, par l’intermédiaire du Centre « EPS et Société », soutient dans 5 académies, dont celle de Lille cette recherche.
L’enquête s’adresse à tous les lycéens-lycéennes de la Voie GT comme de la Voie Pro, sportifs ou non. Mais il est évident que les réponses les plus attendues sont celles des élèves choisissant plutôt la filière STAPS.

Modalités de diffusion de l’enquête, ainsi que son contenu.


Les retraité-es dans l'action le 14 juin

Pétition réclamant une loi de finances rectificative annulant la hausse de la CSG : http://www.retraitesencolere.fr

PAS-DE-CALAIS
• ARRAS - 10h Place Courbet
• BOULOGNE SUR MER - 10h Permanence du député Pont - 11 rue Faidherbe
• LENS - 10h Place de la Gare
• BÉTHUNE - 10h Place Clémenceau
• SAINT-OMER - 10h Place Foch
• CALAIS - 9h30 devant la Sous-Préfecture
• BOULOGNE (lieu et horaire à définir)

NORD
MAUBEUGE / AULNOYE - Rassemblement et manifestation - 14h00 Place de Wattignies à Maubeuge
DUNKERQUE - Rassemblement - 14h00 au Pôle Marine de Dunkerque (face bâtiment de l’Avenir)
CAMBRAI - Rassemblement - 10h30 devant la Maison des syndicats (Rue Saint-Lazare) pour aller à la Sous Préfecture
DOUAI - Rassemblement - 11h place d’Armes devant le siège du député LaREM.

et à la manifestation régionale :

Rassemblement Place du Général De Gaulle à partir de 13h30 et manifestation.‍


Rapport sur la fusion des académies

Dans un rapport publié le 13 mai, l’Inspection générale de l’éducation nationale fait un bilan de la mise en œuvre des régions académiques créées en 2015, dont elle tire la conclusion qu’il est nécessaire d’aller plus loin. Ce rapport préconise d’arriver à l’horizon 2021 à 13 académies métropolitaines dont la carte se superposerait à celle des 13 nouvelles régions, chaque région (...)
Lire l'article

Rendez-vous le 26 mai 2018 dans le Nord Pas-de-Calais

Lille, 14h30 Porte de Paris

Boulogne Sur-mer , 9h30 place d’Argentine (à côté du Carré Sam)

Calais, 14h au théâtre place Albert 1er

Dunkerque, 11h Parc de la Marine, pique-nique et prises de paroles, départ manifestation 14h30 du parc


22 mai : Tous ensemble pour des Services Publics de qualité - Défense des emplois, des statuts et des salaires

Manifestations dans le Nord Pas-de-Calais :
Manifestation régionale à Lille 14h30 Porte de Paris

Horaires de bus FSU

Les autres manifestations :
• Boulogne, 9h30, Bourse du travail
• Calais, 9h30, distributions tracts Gare Calais ville et 10h30 hôpital de Calais
• Dunkerque, 14h, Place J.Bart
• Valenciennes, 10h, Place d’Armes
• Cambrai, 10h30, Sous-préfecture
• Douai, 10h, Place d’armes
• Arras, 10h, Place de la Gare
Lire la suite >>


Processus d’actions et nouvelle grève le 22 mai prochain pour donner un avenir à la Fonction publique

Communiqué CFE/CGC – CFTC – CGT – FAFP – FO – FSU – SOLIDAIRES

Réunies le 10 avril 2018, les organisations syndicales CFE/CGC – CFTC – CGT – FAFP – FO – FSU – SOLIDAIRES réaffirment qu’elles ne partagent ni l’orientation, ni la méthode, ni le calendrier proposés par le gouvernement dans son document d’orientation intitulé « Refonder le contrat social avec les agents publics. » Les organisations ne partagent pas davantage les objectifs (...)
Lire la suite >>


Un 1er mai combatif

A l’occasion du 1er mai, la FSU réaffirme sa solidarité avec toutes et tous les salarié-es qui dans le monde luttent pour leurs droits et les libertés syndicales. En France, les questions de garanties collectives des droits, d’égalité entre les femmes et les hommes, d’emploi de qualité pour toutes et tous, d’éducation et de formation, d’égalité et de justice sociale, de (...) Lire l'article

Manifestations :

Boulogne, 9h30, Bourse du Travail

Lille, 10h30, Porte des Postes

Arras, 10h, Place de la Gare et stand FSU toute la journée

Douai,10h, Place d’Armes

Aulnoy-Aymeries 11h devant la Mairie

Calais 10h- 10H30 Place Crèvecoeur à l'appel de l'intersyndicale CGT/Solidaires/FSU/ FO ( 10h30)
Cambrai,10h30 Grand Place

Comines 10h30 devant la Mairie

Dunkerque 10h Bâtiment de l 'Avenir

Fourmies, 10h Place du 1er Mai

Maubeuge 10h stèle des 93

Seclin, 10h, Place Saint Piat

Valenciennes, 10h, Place d'Armes


Engagés au quotidien pour l’enseignement adapté

La politique éducative de ces dernières années, sous couvert d’un discours perfide, fragilise l’enseignement adapté. En effet qu’il s’agisse de la refonte de la formation spécialisée, de l’inclusion massive -et souvent contre la volonté des personnels- en 6e et 5e inclusives, ou de la disparition programmée des PE éducateurs dans les établissements spécialisés, ce sont autant de mesures régressives qui vont à l’encontre d’une école « bienveillante » pour reprendre les mots de notre Ministre.

Pour la FSU et ses syndicats (SNES, SNUIPP, SNEP et SNUEP) rien n’est joué. Si l’enseignement adapté est effectivement à la croisée des chemins, c’est collectivement qu’il faut s’engager pour le défendre et le renforcer.


Le 19 Avril, la lutte continue !

Action interprofessionnelle Fonction Publique
“Public-Privé, Jeunes, Actifs, Retraités - Convergence des luttes pour le progrès social !”
Mobilisation des cheminots, des postiers, des éboueurs, des salariés de l’énergie… À cela s’ajoute dans les universités la mobilisation des étudiants face à la généralisation de la sélection et à l’annonce d’une réforme de la licence qui verrait les horaires d’enseignement diminuer et les frais d’inscription augmenter.
Manifestation régionale, départ 14h30 Porte de Paris – LILLE

Concomitamment, la FSU (SNES – SNEP – SNUEP – SNUIPP FSU) appelle à la grève le jeudi 19 avril 2018 sur les questions d’éducation et plus particulièrement :
- pour la défense du bac et du lycée,
- pour que le bac soit le seul mode de sélection pour entrer à la fac,
- pour des CIO répondant aux besoins des usagers et non à la fermeture des CIO et la vente à la découpe de l’orientation scolaire.
Lire la suite >>

En ce qui concerne l’EPS, la réforme des horaires Lycée pour une application à la rentrée 2019, supprime de fait l’enseignement de complément et d’exploration. L’EPS ne fait pas partie des enseignements de spécialités : il y a des implications au plan de la reconnaissance de l’EPS, mais aussi en terme heures et de postes dans les établissements concernés : pétition en ligne


Appel à la mobilisation - 19 avril & 3 mai 2018

Dans un contexte de mobilisation sur de nombreuses questions dont celles de la Fonction publique qui se concrétisera par une nouvelle action de grève et de manifestation le 22 mai, le SNES-FSU lors de son congrès a estimé qu’il était important que puissent apparaitre les questions éducatives. Impacté par les périodes de congé et les différentes dates d’appel, il a décidé d’appeler en fonction des zones de vacances les 19 avril et 3 mai. Le SNEP-FSU comme d’autres rejoignent cet appel à la mobilisation.

ParcourSup et la sélection à l’université, la loi ORE, les réformes collège, le DNB, la réforme lycée et le refus de créer un enseignement de spécialité EPS, la minoration de la discipline dans le baccalauréat, la réforme de la voie professionnelle qui fait la part belle à l’apprentissage, la diminution du nombre de postes au concours, les suppressions de postes… les raisons sont nombreuses pour que nous soyons toutes et tous en grève et manifestation pour porter nos exigences pour un service public d’éducation ambitieux délivrant des savoirs émancipateurs et permettant la réussite de tous et notamment celles et ceux qui sont les plus éloigné-es de la culture scolaire.


GRETA Grand Artois : l’heure de la mobilisation, le mardi 10 avril 18h !

GRETA Grand Artois : l’heure de la mobilisation !
Mardi 10 avril à 18h devant le lycée Gambetta à Arras

Tous les acteurs du GRETA du Grand Artois ainsi que ceux des autres GRETA de l’académie de Lille sont invités à un rassemblement face au siège du GRETA Grand Artois, le mardi 10 avril à 18h, pour manifester leur désapprobation sur la gestion des ressources humaines, la gestion financière, et sur les orientations prises par la direction du GRETA depuis la fusion des 3 GRETA (Bruay-Béthune, La Gohelle et Aetois Ternois), pour sauvegarder tous les emplois permanents, et pour démarrer un nouveau cycle de développement du GRETA...
Lire la suite >>


Mardi 10 avril : nouvelle journée de mobilisation contre Parcoursup et la sélection à l’entrée à l’université
Le 03/04/18

La FSU appelle à venir soutenir les personnels, les étudiants et les lycéens mobilisés contre la sélection à l’entrée de l’université.
MANIFESTATION MARDI 10 avril, 14h30, Place de la République, LILLE

Texte d’appel national


La FSU 59-62 soutient les cheminots et les cheminotes en grève
Le 03/04/18

La FSU 59-62 appelle à venir soutenir les cheminot-e-s en participants aux rassemblements qui auront lieu , et ce dès ce mardi 3 avril, 14h30, Parvis de la Gare de Lille Flandres.

Le communiqué de soutien :
La FSU59-62 soutient les cheminots et les cheminotes en grève :
Le gouvernement s’apprête à faire adopter une réforme du système ferroviaire.
Cette réforme qui ouvrirait le secteur à la concurrence, sous couvert d’un meilleur service rendu aux usagers, amènerait en réalité tout le contraire. On l’a vu dans les différents pays qui l’ont pratiquée : elle amène à un enchérissement des tarifs, des retards et des accidents parfois meurtriers.
Le gouvernement, bien qu’il s’en cache veut fermer également certaines lignes jugées non rentables. Celles-ci sont pourtant essentielles pour beaucoup de voyageurs. Ces fermetures contribueraient aussi à la désertification de certains territoires du pays. Elles constitueraient,en outre, une aberration écologique en favorisant les déplacements en voiture et en camion responsables d’une pollution catastrophique.

Mais cette réforme ne s’arrête pas là, elle prévoit aussi de supprimer le statut pour les nouvelles embauches. Le gouvernement arguant d’un meilleur fonctionnement et d’une plus grande justice entre les salariés du pays.
Pourtant l’abandon du statut comme à La Poste, France Télécom, EDF et GDF n’a pas amélioré le service public bien au contraire. Quant à la justice entre les salariés, nous la réclamons également mais sur la base du mieux-disant. Pour nous, ce sont tous les salariés et toutes les salariées qui doivent bénéficier des mêmes droits que celles et ceux du public. Le gouvernement a tourné le dos à cette voie en démantelant au préalable le code du travail.
Nous considérons que le statut est une protection indispensable pour les agents et les agentes. Mais il est aussi indissociable de la qualité du service public :il en est même la garantie.
Face à cela, les cheminots et les cheminotes, avec leurs organisations syndicales, vont se mettre en grève. Cette grève annoncée depuis plusieurs semaines, c’est le gouvernement qui en sera responsable. Celui-ci refuse d’ouvrir de vraies négociations malgré le succès du mouvement à la SNCF lors de la journée d’action du 22 mars.Il multiplie au contraire les pressions et les provocations. Qui plus est, il et lance une campagne de dénigrement honteuse (relayée par une bonne partie de la presse) à l’encontre des cheminots.

La FSU 59-62 dénonce l’instrumentalisation des usagers. C’est un chantage qui contribue de fait à discréditer le mouvement et à remettre en cause le droit de grève.
La FSU 59-62 soutient le combat des cheminots et des cheminotes pour une SNCF au service des usagers et respectueuse des droits de ses salariés. Elle demande au gouvernement d’ouvrir de véritables négociations avec les organisations syndicales en lutte de la SNCF, d’autant qu’elles sont porteuses d’un projet ambitieux pour le service public.
La FSU travaillera à la convergence des luttes entre les différents secteurs qui sont tous menacés par la politique libérale de cette majorité. Elle le fera en cherchant l’unité la plus large possible sur la base de revendications ambitieuses.


Communiqué FSU 59-62 par rapport aux incidents à Lille 2
Le 31/03/18

La FSU 59/62 condamne avec la plus grande fermeté les intimidations et agressions par des groupes d'extrême-droite d’étudiants sortant d'assemblées générales lundi 26 et mardi 27 mars à la Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et Sociales de Lille.

Ces violences, intervenues quelques jours après l’agression d’étudiants de la Faculté de droit et science politique de Montpellier, également en assemblée générale, par un groupe de nervis fascistes, sont très graves : les droits de se réunir et de manifester sont inscrits dans la Constitution.

Tout un chacun doit pouvoir en faire usage librement sans être agressé par qui que ce soit.

La FSU59/62 apporte son soutien à toutes les étudiantes et à tous les étudiants ainsi qu’aux personnels de l’Université de Lille.

Elle attend de la présidence de l’université de Lille qu’elle dénonce publiquement ces agressions et apporte son soutien aux plaintes éventuellement déposées par les victimes.


POUR LES MISSIONS PUBLIQUES, L’EMPLOI, LE POUVOIR D’ACHAT
TOUTES ET TOUS MOBILISE-E-S LE 22 MARS
Lire le communiqué des organisations CFTC-CGC-CGT-FAFP-FO-FSU-SOLIDAIRES 07 février 2018

Grève et Manifestation, jeudi 22 mars 14h30 Lille Porte de Paris

 

 

 

Boulogne Manifestation 9h30, Bourse du travail
Saint-Omer, 9h, Place Foch
Calais, 9h, sous-préfecture
Douai, 10h, Place d’Arme
Valenciennes, 10h, Place d’Armes
Cambrai, 11h, Gare SNCF
Dunkerque, 15h, Place J. Bart

La FSU 59/62 met à disposition des bus, gratuit pour les syndiqués (5€ pour les non-syndiqués à un syndicat de la FSU).

Affiches et tracts


Retraites
15 mars 2018 : journée nationale d'actions

NON À LA BAISSE DES PENSIONS

Les retraitées et les retraités : ni privilégiés ni assistés !

Télécharger l'appel intersyndical

Manifestations :
Arras 10 h 30 rassemblement Place Courbet devant permanence députée Maquet LRM

Béthune 10 h 30 rassemblement Place Clémenceau

Boulogne 10 h 00 rassemblement devant la Sous-préfecture

Douai, 10h, devant la Carsat


Manifestation contre la sélection à l’université, jeudi 15 février 14h30 Lille Porte de Paris

L’intersyndicale FSU, FERC-CGT, Solidaires, Sud Etudiants, UNEF, UNL…. appelle à poursuivre la mobilisation contre la sélection à l’université ce jeudi 15 février
Manifestation, Lille,14h30, Porte de Paris
Un préavis FSU couvre les personnels qui souhaitent se mettre en grève.
appel intersyndical pour cette journée du 15 février 2018


Programme « Action Publique 2022 »
Une consultation douteuse pour une réforme désastreuse !
Communiqué de presse FSU, CGT, Solidaires 31 janvier 2018

Après la RGGP de Sarkozy et la MAP de Hollande, le programme AP « Action Publique 2022 » de Macron reprend la même volonté de réduction drastique des services publics et des emplois publics : 70 000 suppressions dans la fonction publique territoriale et 50 000 dans la fonction publique d’état. Pilotée par le ministre du budget Gérald Darmanin, cette énième réforme d’inspiration néo libérale, vise à « moderniser l’accès aux services publics » selon les dires du gouvernement. Mais l’« Action Publique 2022 », c’est réfléchir à l’abandon ou à la privatisation de certains services publics.

La méthode se drape d’une vertu jupitérienne : la parole serait aux Français !
Ainsi depuis le 24 novembre 2017, le gouvernement a lancé des consultations « pour la transformation des services publics » via une plate-forme numérique et via « des événements » comme les 1er et le 2 février à Lille sur le thème « Rendre la fonction publique attractive ». 28 agents des 3 fonctions publiques travailleront en huis clos le 1er février et feront une restitution lors d’une table ronde . Les représentants des organisations syndicales sont conviés sans droit de parole aux conclusions et au discours du Ministre.

Sur la forme, nous dénonçons l’opacité totale sur le choix des participants amenés à donner leur avis sur l’avenir des services publics et sur l’impossibilité des organisations syndicales des personnels à s’exprimer. Par le biais d’une opération de communication, le gouvernement se pare d’un vernis de consultation, sans réelle volonté d’écouter les citoyen-nes.

Sur le fond, une très large majorité de Françaises et de Français sont attachés aux services publics et à toutes les valeurs qu’ils portent. Pour assurer ces missions, les services publics et les fonctionnaires sont les plus à même d’y répondre, ce qui nécessite de mettre un terme à la précarité dans la fonction publique.

L’intersyndicale FSU, CGT, Solidaires refuse d’aller écouter le ministre du budget et les conclusions d’une consultation alibi. Elle invite à faire entendre nos voix, par exemple lors des journées d’action du 1er février et du 6 février 2018, autrement que dans ce simulacre de démocratie, véritable caution de la casse du service public et de ses agents, ! Les agents des services publics ou usagers exigent une autre vision d’un service public au service de l’égalité, de la protection des populations et du progrès humain !


Préparation de rentrée 2018 dans les lycées de l’académie

Le vendredi 12 janvier 2018 s’est tenu un groupe de travail portant sur l’offre de formation proposée à la rentrée 2018 dans l’académie de Lille. Les documents de travail ont été envoyés aux élus un jour avant la tenue de ce GT. La FSU a estimé qu’il n’était décemment pas possible de travailler en si peu de temps un document de 160 pages et que cela ne laissait pas suffisamment de temps aux élus pour interroger nos syndiqués en établissement afin d’intervenir efficacement en séance.

Dans ces conditions, la FSU a pris ses responsabilités en boycottant le GT.
Nous nous sommes retrouvés seuls à quitter ce groupe de travail après avoir lu notre déclaration liminaire, les autres organisations syndicales – pourtant d’accord avec notre analyse – ayant décidé de siéger !
Nous n’avons décidemment pas la même conception du dialogue social.


RENTREE 2018 : L'académie de Lille fortement touchée

La FSU Nord/Pas-de-Calais dénonce les conditions de rentrée prévues pour 2018 dans l'académie.
En effet, si 312 postes (en équivalents temps plein) sont prévus en plus dans le 1er degré, essentiellement pour mettre en place les CP et les CE1 à 12 élèves en Education Prioritaire - dans l'académie , les créations de postes ne couvriront pas les besoins pour réaliser ces dédoublements même en prenant en compte la baisse démographique- 136 postes seront supprimés (en ETP) dans le second degré (alors que les effectifs augmentent de +0,23%) et 21 chez les personnels administratifs, ce qui place l'académie au premier rang des suppressions nationales dans ces deux catégories et renoue avec les années noires de suppressions massives. Pour rappel, l'académie a perdu plus de 6000 postes d'enseignants entre 2005 et 2012, et seuls 1300 ont été recréés entre 2012 et 2017.
Loin de la communication ministérielle officielle, c'est bien une attaque en règle contre l'Ecole qui est l'objectif du gouvernement et qui vise en particulier une académie fortement impactée sur le plan économique et social, comme l'atteste le plus grand nombre, sur le plan national, d'écoles et de collèges en Réseau d'éducation Prioritaire renforcé (REP+).
La FSU Nord/Pas-de-Calais appelle d'ores et déjà les personnels à se réunir pour discuter et décider des actions à mettre en place.
Les usagers de l'enseignement secondaire comprennent parfaitement que ces mesures vont entraîner une dégradation des conditions et de l'offre d'enseignement: augmentation du nombre d'élèves par classe, horaires d'enseignement réduits, disparition d’options... Désormais avec ces annonces chiffrées, il est clair que le projet gouvernemental de réforme du lycée et du BAC ne va pas être indolore et qu'il aura des répercussions très violentes pour les élèves et les personnels.


Situation des migrants - visite du Président de la République à Calais et Croisilles

Communiqué de Presse FSU 16 janvier 2018

Pour la FSU 59/62, les annonces du Président Macron à Calais confirment des choix politiques à l'opposé de ses engagements de campagne et en même temps le démantèlement des fondements de la politique d'accueil en vigueur depuis la Libération.

A Calais comme dans d'autres villes du Nord/Pas-de-Calais, la situation de très nombreux migrants est catastrophique: absence d'hébergement, évacuations forcées de campements de fortune, destruction des tentes, arrestations répétées, intimidation des soutiens, entraves aux demandes d'asile… De nombreux mineurs isolés sont en outre laissés sans la protection qui leur est due.

L'annonce, ce jour, de la prise en charge de la distribution de repas par l'État est à suivre de près:il ne faudrait pas qu'elle donne lieu à un nouveau tri et à des arrestations...

La circulaire Collomb du 12 décembre 2017 instaurant le tri dans les hébergements d'urgence au mépris du principe d'accueil sans conditions pour les populations les plus démunies a déjà marqué une régression grave sur cette question. La FSU se félicite d'ailleurs de la démarche unitaire de plus d'une trentaine d’associations qui ont déposé un recours auprès du Conseil d' État.

Le projet de prise en charge des mineurs isolés par l' État et non plus par les départements constitue quant à lui un déni de la condition même de mineur puisqu'elle ne permettra plus à ces derniers d'être pris en charge dans le cadre de la Protection de l'Enfance mais les soumettra aux mêmes procédures que les adultes (rétentions, expulsions...)

Quant au projet de loi Asile et immigration, il vise à organiser le tri des migrants et expulser tous ceux à qui le droit d'asile - un droit que la loi pourrait redéfinir - aurait été refusé.

Pour la FSU, il est urgent de mettre fin à cette politique réactionnaire qui vise à susciter la peur de l'autre, à désigner des boucs émissaires et à monter les populations les unes contre les autres. Des richesses, il y en a suffisamment dans notre pays pour accueillir dignement ceux qui quittent le leur pour fuir la guerre, les persécutions et la misère ! Il est urgent d'exiger la liberté de circulation et d'installation pour toutes et tous !


Le SNEP-FSU Nord reçu en audience le vendredi 15 décembre 2017 avec la Vice-Présidente du Conseil Départemental 59

Après deux ans d’attente, une délégation du SNEP-FSU Nord a été reçue le Vendredi 15 décembre 2017 par Mme COTTENYE, Vice-Présidente du Conseil Départemental en charge des collèges pour le département du Nord.
Le problème de l’accès aux équipements sportifs et le nouveau mode de calcul de la dotation financière pour la location des équipements sportifs extra-muros pour l’EPS et le Sport Scolaire ont été les principaux sujets des échanges.
Le SNEP-FSU a rappelé son désaccord sur cette nouvelle procédure et son mode de calcul.
Lire la suite >>

Carte régionale des formations professionnelles : l’apprentissage au détriment de la formation initiale sous statut scolaire

Déclaration FSU au CREFOP du 13 décembre 2017

La carte régionale des formations professionnelles initiales regroupent les formations initiales sous statut scolaire du public et du privé, ainsi que les formations professionnelles en apprentissage.
Depuis la rentrée 2016, cette carte est élaborée conjointement par la région Hauts de France, l’État (le Rectorat) et les branches professionnelles.
Le 13 décembre 2017, la nouvelle carte des formations professionnelles qui prévoie l’ouverture et la fermeture des sections professionnelles dans les lycées à la rentrée 2018, a été présentée au sein du CREFOP (comité régional de l’Emploi, de la formation et de l’orientation professionnelle), instance où la FSU est représentée.
La FSU a dénoncé le parti pris par la région Hauts de France et l’État, de favoriser l’apprentissage plutôt que la formation professionnelle sous statut public et la FSU a été la seule organisation syndicale à voter contre ce projet. Les autres organisations ont voté « pour » ce projet ou ne se sont pas opposées.
Pourtant, 7,9 % des dossiers de la formation initiale sous statut scolaire sont retenus contre 30,8% des formations par apprentissage hors Éducation Nationale.
Vous trouverez ci-dessous la déclaration FSU au CREFOP du 13 décembre 2017, ainsi que les ouvertures et fermetures de sections professionnelles de la formation initiales dans la région Hauts de France.


Proposition de motion (ou « voeu ») de CA : projet de réforme de l’admission post-bac

Motion présentée au CA de XXXXX par la liste FSU

Les élus FSU du CA de XXX s’opposent au projet concernant la réforme de l’orientation post-bac qui instaurerait la sélection à l’entrée de l’université. Pour nous, il est inacceptable que le bac puisse cesser d’être le premier grade universitaire qui permet aux élèves d’intégrer la filière de leur choix.
Téléchager la motion


PPI : programme prévisionnel d’investissement dans les lycées, les documents par bassin.

Le conseil régional a voté le 16 octobre dernier, le programme d’investissement dans les lycées de la région Hauts de France pour la période 2016-2021.
La FSU a demandé à de nombreuses reprises, la communication des documents votés en séance du conseil régional, ainsi que les documents envoyés aux chefs d’établissement et aux intendants des lycées. La région refuse de communiquer les documents envoyés aux équipes de direction, le 17 octobre dernier : le PPI plan prévisionnel d’investissement par établissement, les dotations globales de fonctionnement des établissements.
Cependant, la FSU a pris connaissance des PPI par bassin et les subventions pour les actions éducatives pour chaque établissement.
Vous trouverez ci-dessous par bassin, les « gros travaux » envisagés par la région entre la période de 2016-2021 et ensuite les subventions pour les actions éducatives de chaque lycée de la région.
Lire la suite


La FSU s’associe à la mobilisation interprofessionnelle du 16 novembre
05/11/17

Journée de mobilisation interprofessionnelle, étudiante et lycéenne

La FSU appelle à participer à la journée d’action et aux manifestations du 16 novembre prochain aux côtés de la CGT, de FO , de Solidaires et des organisations de jeunesse UNL, FIDL, UNEF.

9h30, Manifestation départementale , LENS, Place du Cantin

9h30, Manifestation CALAIS, Place d’Armes

9h30, Manifestation, BOULOGNE, Bourse du travail

10h00, Manifestation, VALENCIENNES, place d’Armes

MANIFESTATION REGIONALE, LILLE, 14h30, PORTE DE PARIS

Télécharger le tract


Projet du ministère :
L’EPS toujours exclue du DNB !

L’EPS toujours exclue du DNB, moins de postes au CAPEPS. Le ministère tient un double langage. Soutien aux JOP 2024 et au sport dans le discours et absence de reconnaissance de l'EPS.

Un projet de modification de l’arrêté pour le diplôme national du brevet (DNB) sera présenté, mercredi 11, en commission préparatoire au conseil supérieur de l’éducation. Dans le document de travail figure une modification des épreuves du brevet et du nombre de points pour prendre en compte les « fondamentaux »…. dont l’EPS est toujours exclue. Le SNEP-FSU avait été porteur d’une demande pour prendre en compte les arts plastiques, la musique, les langues vivantes et bien sûr l’EPS dans une épreuve.

Au mois de juillet, lors d’une audience avec le ministre il nous a été répondu qu’il n’était pas envisagé de modifier le DNB. Des modifications ont bien lieu et l’EPS est totalement ignorée… De qui se moque-t-on ?
Dans le même temps, le ministère a annoncé une baisse de postes pour le recrutement dans le secondaire et une baisse de postes circule pour le CAPEPS. Les étudiants sont déjà sur le qui-vive.

Génération 2024, sans évaluation de l'EPS au DNB

Le ministère tient un double langage. D’un côté un discours médiatique pour le sport dans la société, le sport à l’école, de l’autre les mesures concrètes : nouvelle dévalorisation de fait de la discipline et baisse des recrutements. Incohérence entre le soutien total aux Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 de Paris et l’absence de contribution de l’EPS au développement de la pratique sportive.

Les élèves qui entrent en classe de 6ème finiront leurs études secondaires en 2024.

Comment peut-on construire une «génération 2024» sans reconnaissance pleine et entière de l’EPS comme matière «fondamentale» ?


Budget 2018
Retour des suppressions d’emplois dans le second degré

Les grandes orientations du PLF 2018 ont été rendues publiques. Dans le second degré notre ministre exprime tout son art de la soustraction invisible : les suppressions de postes sont à l’ordre du jour.

2600 emplois de stagiaires sont supprimés alors que, depuis 2009, les effectifs d’élèves ne cessent de croître. L’argumentation du ministre est cynique : il évoque la prise en compte du « niveau réel des recrutements en 2017. [Une] diminution [qui]n’aura pas d’impact sur les moyens d’enseignement, qui seront stabilisés dans le 2nd degré public et privé »

Le métier traverse une très grave crise de recrutement, notamment du fait sa perte d’attractivité en termes de salaires et de conditions de travail, et la seule réponse qui est donnée est de rayer d’un trait de plume des emplois que l’on n’a pas réussi à pourvoir ! Une telle déclaration constitue un renoncement face à la crise du recrutement mais va également aggraver la situation avec un nombre de postes en diminution dans les concours dont on sait que c’est un mauvais signal donné aux étudiants.

Le ministre indique que « les moyens d’enseignement seront stabilisés » . Un tour de passe-passe :est-ce à dire que les emplois supprimés seraient transformés en heures supplémentaires à prendre en charge par les personnels en poste ? La réalité sur le terrain, ce sera une dégradation dans les établissements alors que les classes à 30 en collège et à 35 en lycée deviennent la norme, que le potentiel de remplacement a été laminé et que les personnels sont sommés d’accepter toujours plus d’ heures supplémentaires.

Tout cela est la traduction d’une politique purement comptable, dont l’objectif unique reste la réduction de la dépense publique, sans que l’investissement dans la formation de la jeunesse soit à la hauteur des enjeux de lutte contre les inégalités sociales et d’élévation du niveau de qualification.

Le SNES-FSU continue de demander une programmation des créations d’emplois sur la durée et des mesures pour enrayer la crise du recrutement. N’en déplaise au ministre, le budget 2018 pour le second degré est un très mauvais signal qui plombe l’avenir.


 

10 octobre, tous en grève !
Tous unis pour un Service Public de qualité avec des usagers et des personnels bien traités !

Tract SNEP-FSU LILLE

Bus FSU pour la manifestation régionale, Lille, 14h30, Porte de Paris.

Affichette / tract

Depuis l’arrivée du nouveau gouvernement, les mesures négatives s’accumulent pour les agent.e.s de la Fonction publique : gel de la valeur du point indice, rétablissement de la journée de carence, perspective de 120 000 suppressions d’emplois sur les 3 versants de la Fonction publique...
Et contrairement à l’engagement fait aux agent.e.s public.que.s par Emmanuel Macron dans le cadre de sa campagne présidentielle : “J’augmenterai votre pouvoir d’achat, comme celui des salariés des entreprises : vous paierez moins de cotisations et votre salaire net sera augmenté d’autant”, la hausse de la Csg se traduira au mieux par une simple compensation dans la Fonction publique, c’est à dire sans gain de pouvoir d’achat pour les agent.e.s !
Lire la suite >>


CONTRATS AIDÉS

rassemblement académique le 30 septembre !

Affichette/tract


28 septembre : nouvelle journée nationale de mobilisation et d’actions des retraité-e-s
20/09/17

Pétition : Recevez et écoutez les retraités Monsieur le Président de la République !

Manifestation régionale à Lille 14h30 avenue Kennedy devant la trésorerie générale

10h30 rassemblements devant les permanences des députés LREM du 62 :
- Benoît Potterie à Saint Omer
- Jacqueline Maquet à Arras, place Courbet
- Brigitte Bourguignon à Marquise
- Marguerite Deprez-Audebert à Béthune, place Clémenceau


 

La FSU soutient la mobilisation du 21 septembre contre la loi travail et les régressions sociales

Après la réussite du 12 septembre, elle appelle à poursuivre et à investir les manifestations du jeudi 21 septembre contre la destruction du Code du Travail.

Un préavis national est déposé pour couvrir les arrêts de travail.

Manifestations :
- 10h, Valenciennes, Place d’Armes
- 14h30, Lille, Porte de Paris, Manifestation régionale
- 9 h 30, Boulogne, Bourse du travail
- 10h, Calais, Mairie

Appel intersyndical départemental pour la journée de grève et de manifestations le 21 septembre 2017.

Le 20 septembre 2017, Macron, son gouvernement, le Medef ont décidé de détruire le code du travail, sans épargner les salaires, les conventions collectives, les institutions représentatives du personnel, le plafonnement des indemnités prud’homales, la protection sociale, l’annonce de 120 000 suppressions d’emplois dans la fonction publique ainsi que le gel du point d’indice, le rétablissement de la journée de carence, la loi d’habilitation en prônant la précarité comme modèle social, l’assurance chômage, le gel des pensions, la hausse de la CSG ...
C’est une vraie machine de guerre sous ordonnance qui se met en place contre l’ensemble des salariés (privé, public, retraités, privés d’emplois ainsi que notre jeunesse), cette machine vise à détruire tous les conquis sociaux gagnés par le monde du travail.
Ces choix politiques ne favoriseront pas la reprise de l’Economie. Ce qui l’affecte, ce sont l’ensemble des somptueux cadeaux aux entreprises sous formes d’exonérations de cotisations à l’image du CICE ainsi que du pacte de responsabilité. Ce sont les gigantesques dividendes versés aux actionnaires au détriment de l’investissement, de la recherche et de l’innovation.
Devant la gravité de la situation et de la riposte nécessaire, la CGT – Solidaires - FSU du département du Nord appellent l’ensemble des salariés, des syndicats, des unions locales et professions à multiplier les initiatives pour créer les convergences de luttes nécessaires à la grève, à manifester le matin en territoire ainsi que l’après-midi en région à Lille.


La FSU et le SNEP-FSU reçus par la région Hauts de France
12/09/17

La FSU et le SNEP-FSU ont été reçus par les représentants de la région en charge des lycées. Ce rendez-vous était attendu depuis la dernière audience de la région, le 7 novembre 2016. La FSU avait renouvelé à de nombreuses reprises sa demande d’audience.
Parmi les points abordés lors de cette audience, figuraient l' EPS et le Sport Scolaire:
La région s’est engagée à mettre en place le groupe de travail équipements sportifs - subventions EPS-Sections Sportives et Sport Scolaire sous la forme qui existait dans la région Nord Pas-de-Calais et ce après le 16 octobre 2017, date des instances régionales qui acteront les différents budgets et orientations politiques.
Ce groupe de travail se fera au niveau de la région Hauts de France avec des représentants des syndicats, de la région et de l’État, en particulier, les IPR de la discipline.
Difficulté financière des Associations sportives des établissements : de nombreux personnels de direction n’avaient pas compris les informations données sur le financement du sport au lycée et sur les associations sportives. Il est de la responsabilité des CE et des CA de définir le subventionnement des associations sportives.
La cour des comptes régionale effectue un suivi de la région depuis 4 mois, et le poursuivra pendant encore un an. La région revoit donc la légalité des subventionnements des établissements pour les différentes activités. La région ne souhaite pas créer trop de subventions spécifiques car elles devraient alors aussi être versées aux établissements privés, selon la législation.
Le financement de l’EPS est inclus dans le budget de l’établissement.
Discussion sur le financement des Associations Sportives par la région Hauts de France et par les établissements.
Structure UNSS : subventionnement par la région (Commission Sport : Vice Présidente Florence Bariseau) de la structure au niveau Nord Pas de Calais et Picardie, des précisions seront apportées lors du GT Sport.

Le SNEP-FSU participera à ces groupes de travail réclamés depuis plus d’un an.


 
Collège : quoi de neuf à la rentrée 2017 ?

Avec les modifications contenues dans l’arrêté du 16 juin, les collèges peuvent assouplir l’organisation des EPI et AP en ce qui concerne les thématiques, les horaires et le nombre de séquences. Le ministre communique beaucoup sur le rétablissement de toutes les sections bilangues, ainsi que du latin et du grec. Mais, aucun financement n’ayant été débloqué, seuls un nombre limité d’établissements aura fait le choix d’établir une nouvelle répartition des moyens pour rétablir ces options.

Devoirs faits, évaluations de Sixième
Autre objet de communication du ministère, « devoirs faits » commencera après les vacances de la Toussaint et ne concernera que les élèves volontaires. Faute d’AED et de moyens pour rémunérer des enseignants , le ministère compte s’appuyer sur les volontaires du service civiques et sur le bénévolat d’associations, ou détourner les moyens de l’accompagnement éducatif en REP. Se pose de plus la question des transports scolaires, qui pourrait conduire à l’éviction de certains collèges ruraux du dispositif. Il s’agit donc d’une mesure en trompe-l’œil.
L’évaluation des élèves de Sixième en français et mathématiques devrait se faire en ligne en novembre, sur un questionnaire d’une durée de 50 mn, avec correction automatique. Les résultats seront communiqués aux enseignants, qui pourront faire suivre aux familles. Il ne devrait pas y avoir d’exploitation en vue de classement des établissements, mais des outils seraient donnés aux équipes en vue d’une exploitation didactique.

Et n’oublions pas la rentrée en musique. Rien n’illustre mieux le déni ministériel que le tweet sur le « bonheur » de la « rentrée en musique » de J-M. Blanquer, lors de sa visite de la Réunion, alors même que trois écoles sur quatre y étaient fermées à la rentrée du fait des suppressions des emplois aidés.
Lire la suite >>


La FSU appelle à soutenir et à investir les manifestations du 12 septembre
04/09/17

La FSU appelle à soutenir et à investir les manifestations du mardi 12 septembre contre la destruction du Code du Travail. Un préavis national est déposé pour couvrir les arrêts de travail.

- 7h-9h, Arras, Gare, Distribution intersyndicale de tracts
- 9h, Béthune, Place de l’Europe
- 10h, Valenciennes, Place d’Armes
- 10, Douai, Place d’Armes
- 14h30, Lille, Porte de Paris, Manifestation régionale.

- 15h, Dunkerque, Gare
- 9 h 30, Boulogne, Bourse du travail
- 10h, Calais, Mairie

Appel intersyndical départemental pour la journée de grève et de manifestations le 12 septembre 2017.

Le 20 septembre 2017, Macron, son gouvernement, le Medef ont décidé de détruire le code du travail, sans épargner les salaires, les conventions collectives, les institutions représentatives du personnel, le plafonnement des indemnités prud’homales, la protection sociale, l’annonce de 120 000 suppressions d’emplois dans la fonction publique ainsi que le gel du point d’indice, le rétablissement de la journée de carence, la loi d’habilitation en prônant la précarité comme modèle social, l’assurance chômage, le gel des pensions, la hausse de la CSG……

C’est une vraie machine de guerre sous ordonnance qui se met en place contre l’ensemble des salariés (privé, public, retraités, privés d’emplois ainsi que notre jeunesse), cette machine vise à détruire tous les conquis sociaux gagnés par le monde du travail.

Ces choix politiques ne favoriseront pas la reprise de l’Economie. Ce qui l’affecte, ce sont l’ensemble des somptueux cadeaux aux entreprises sous formes d’exonérations de cotisations à l’image du CICE ainsi que du pacte de responsabilité. Ce sont les gigantesques dividendes versés aux actionnaires au détriment de l’investissement, de la recherche et de l’innovation.

Devant la gravité de la situation et de la riposte nécessaire, la CGT – Solidaires - FSU du département du Nord appellent l’ensemble des salariés, des syndicats, des unions locales et professions à multiplier les initiatives pour créer les convergences de luttes nécessaires à la grève, à manifester le matin en territoire ainsi que l’après-midi en région à Lille.


Collèges Nord : nouvelles modalités de financement pour l'utilisation des salles de sports municipales rentrée 2017
Le 03/07/17

Le SNEP-FSU a été reçu le lundi 3 juillet 2017 par les élus du conseil départemental.

Le SNEP-FSU est surpris de n’avoir pas été consulté sur cette question alors qu’il est le syndicat le plus représentatif des enseignants d’EPS (82%) et siège au CDEN au titre de la FSU. Ce changement dans les modalités de subvention représente pour nous un transfert de compétence de la collectivité vers les établissements scolaires alors que les lois de décentralisation (du 16 juillet 1984 et circulaire du 9 mars 1992) précisent que cette responsabilité incombe au département.

Lire Communiqué de presse SNEP-FSU Lille

Le SNEP-FSU interpelle le Président du Conseil départemental Nord
Lire la lettre

Le SNEP-FSU appelle les équipes EPS des collèges Nord :
- à utiliser la lettre type de dénonciation des nouvelles modalités de calcul pour l’accessibilité des collégiens aux équipements sportifs extra muros
- à l'adresser au Président du Conseil Départemental du Nord.


Rentrée en musique : le retour du pipeau

Les recteurs et chefs d’établissements ont reçu le jour de la fête de la musique une note du Ministre leur demandant de proposer aux élèves, qui étaient déjà présents l’année précédente, d’accueillir leurs nouveaux camarades en musique, manière chaleureuse de leur souhaiter la bienvenue.

Le SNES-FSU s’étonne de tant d’ignorance quant à la réalité de la rentrée dans les établissements et de celle du métier de professeur d’éducation musicale et de chant choral. Présenter un accueil chanté et/ou en musique ne se fait pas d’un coup de baguette.
Cela demande du temps, de la préparation, des répétitions...comme pour tout apprentissage.
Imaginer que le 4 septembre, les élèves puissent reprendre au pied levé les chants appris l’année précédente (quand bien même la fin de cette année y serait entièrement dédiée) témoigne d’une méconnaissance voire d’un mépris du métier. Si l’objectif est de valoriser l’éducation musicale, M. le Ministre devrait d’abord tout mettre en oeuvre pour que tous les établissements disposent des moyens nécessaires pour faire vivre une chorale.

Mais il est vrai qu’on s’éloigne des roulements de tambour et des plans com’ déjà chers au nouveau ministère