Dernière minute

Dernière mise à jour le 20 novembre 2017

La FSU s’associe à la mobilisation interprofessionnelle du 16 novembre
05/11/17

Journée de mobilisation interprofessionnelle, étudiante et lycéenne

La FSU appelle à participer à la journée d’action et aux manifestations du 16 novembre prochain aux côtés de la CGT, de FO , de Solidaires et des organisations de jeunesse UNL, FIDL, UNEF.

9h30, Manifestation départementale , LENS, Place du Cantin

9h30, Manifestation CALAIS, Place d’Armes

9h30, Manifestation, BOULOGNE, Bourse du travail

10h00, Manifestation, VALENCIENNES, place d’Armes

MANIFESTATION REGIONALE, LILLE, 14h30, PORTE DE PARIS

Télécharger le tract


Projet du ministère :
L’EPS toujours exclue du DNB !

L’EPS toujours exclue du DNB, moins de postes au CAPEPS. Le ministère tient un double langage. Soutien aux JOP 2024 et au sport dans le discours et absence de reconnaissance de l'EPS.

Un projet de modification de l’arrêté pour le diplôme national du brevet (DNB) sera présenté, mercredi 11, en commission préparatoire au conseil supérieur de l’éducation. Dans le document de travail figure une modification des épreuves du brevet et du nombre de points pour prendre en compte les « fondamentaux »…. dont l’EPS est toujours exclue. Le SNEP-FSU avait été porteur d’une demande pour prendre en compte les arts plastiques, la musique, les langues vivantes et bien sûr l’EPS dans une épreuve.

Au mois de juillet, lors d’une audience avec le ministre il nous a été répondu qu’il n’était pas envisagé de modifier le DNB. Des modifications ont bien lieu et l’EPS est totalement ignorée… De qui se moque-t-on ?
Dans le même temps, le ministère a annoncé une baisse de postes pour le recrutement dans le secondaire et une baisse de postes circule pour le CAPEPS. Les étudiants sont déjà sur le qui-vive.

Génération 2024, sans évaluation de l'EPS au DNB

Le ministère tient un double langage. D’un côté un discours médiatique pour le sport dans la société, le sport à l’école, de l’autre les mesures concrètes : nouvelle dévalorisation de fait de la discipline et baisse des recrutements. Incohérence entre le soutien total aux Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 de Paris et l’absence de contribution de l’EPS au développement de la pratique sportive.

Les élèves qui entrent en classe de 6ème finiront leurs études secondaires en 2024.

Comment peut-on construire une «génération 2024» sans reconnaissance pleine et entière de l’EPS comme matière «fondamentale» ?


Budget 2018
Retour des suppressions d’emplois dans le second degré

Les grandes orientations du PLF 2018 ont été rendues publiques. Dans le second degré notre ministre exprime tout son art de la soustraction invisible : les suppressions de postes sont à l’ordre du jour.

2600 emplois de stagiaires sont supprimés alors que, depuis 2009, les effectifs d’élèves ne cessent de croître. L’argumentation du ministre est cynique : il évoque la prise en compte du « niveau réel des recrutements en 2017. [Une] diminution [qui]n’aura pas d’impact sur les moyens d’enseignement, qui seront stabilisés dans le 2nd degré public et privé »

Le métier traverse une très grave crise de recrutement, notamment du fait sa perte d’attractivité en termes de salaires et de conditions de travail, et la seule réponse qui est donnée est de rayer d’un trait de plume des emplois que l’on n’a pas réussi à pourvoir ! Une telle déclaration constitue un renoncement face à la crise du recrutement mais va également aggraver la situation avec un nombre de postes en diminution dans les concours dont on sait que c’est un mauvais signal donné aux étudiants.

Le ministre indique que « les moyens d’enseignement seront stabilisés » . Un tour de passe-passe :est-ce à dire que les emplois supprimés seraient transformés en heures supplémentaires à prendre en charge par les personnels en poste ? La réalité sur le terrain, ce sera une dégradation dans les établissements alors que les classes à 30 en collège et à 35 en lycée deviennent la norme, que le potentiel de remplacement a été laminé et que les personnels sont sommés d’accepter toujours plus d’ heures supplémentaires.

Tout cela est la traduction d’une politique purement comptable, dont l’objectif unique reste la réduction de la dépense publique, sans que l’investissement dans la formation de la jeunesse soit à la hauteur des enjeux de lutte contre les inégalités sociales et d’élévation du niveau de qualification.

Le SNES-FSU continue de demander une programmation des créations d’emplois sur la durée et des mesures pour enrayer la crise du recrutement. N’en déplaise au ministre, le budget 2018 pour le second degré est un très mauvais signal qui plombe l’avenir.


 

10 octobre, tous en grève !
Tous unis pour un Service Public de qualité avec des usagers et des personnels bien traités !

Tract SNEP-FSU LILLE

Bus FSU pour la manifestation régionale, Lille, 14h30, Porte de Paris.

Affichette / tract

Depuis l’arrivée du nouveau gouvernement, les mesures négatives s’accumulent pour les agent.e.s de la Fonction publique : gel de la valeur du point indice, rétablissement de la journée de carence, perspective de 120 000 suppressions d’emplois sur les 3 versants de la Fonction publique...
Et contrairement à l’engagement fait aux agent.e.s public.que.s par Emmanuel Macron dans le cadre de sa campagne présidentielle : “J’augmenterai votre pouvoir d’achat, comme celui des salariés des entreprises : vous paierez moins de cotisations et votre salaire net sera augmenté d’autant”, la hausse de la Csg se traduira au mieux par une simple compensation dans la Fonction publique, c’est à dire sans gain de pouvoir d’achat pour les agent.e.s !
Lire la suite >>


CONTRATS AIDÉS

rassemblement académique le 30 septembre !

Affichette/tract


28 septembre : nouvelle journée nationale de mobilisation et d’actions des retraité-e-s
20/09/17

Pétition : Recevez et écoutez les retraités Monsieur le Président de la République !

Manifestation régionale à Lille 14h30 avenue Kennedy devant la trésorerie générale

10h30 rassemblements devant les permanences des députés LREM du 62 :
- Benoît Potterie à Saint Omer
- Jacqueline Maquet à Arras, place Courbet
- Brigitte Bourguignon à Marquise
- Marguerite Deprez-Audebert à Béthune, place Clémenceau


 

La FSU soutient la mobilisation du 21 septembre contre la loi travail et les régressions sociales

Après la réussite du 12 septembre, elle appelle à poursuivre et à investir les manifestations du jeudi 21 septembre contre la destruction du Code du Travail.

Un préavis national est déposé pour couvrir les arrêts de travail.

Manifestations :
- 10h, Valenciennes, Place d’Armes
- 14h30, Lille, Porte de Paris, Manifestation régionale
- 9 h 30, Boulogne, Bourse du travail
- 10h, Calais, Mairie

Appel intersyndical départemental pour la journée de grève et de manifestations le 21 septembre 2017.

Le 20 septembre 2017, Macron, son gouvernement, le Medef ont décidé de détruire le code du travail, sans épargner les salaires, les conventions collectives, les institutions représentatives du personnel, le plafonnement des indemnités prud’homales, la protection sociale, l’annonce de 120 000 suppressions d’emplois dans la fonction publique ainsi que le gel du point d’indice, le rétablissement de la journée de carence, la loi d’habilitation en prônant la précarité comme modèle social, l’assurance chômage, le gel des pensions, la hausse de la CSG ...
C’est une vraie machine de guerre sous ordonnance qui se met en place contre l’ensemble des salariés (privé, public, retraités, privés d’emplois ainsi que notre jeunesse), cette machine vise à détruire tous les conquis sociaux gagnés par le monde du travail.
Ces choix politiques ne favoriseront pas la reprise de l’Economie. Ce qui l’affecte, ce sont l’ensemble des somptueux cadeaux aux entreprises sous formes d’exonérations de cotisations à l’image du CICE ainsi que du pacte de responsabilité. Ce sont les gigantesques dividendes versés aux actionnaires au détriment de l’investissement, de la recherche et de l’innovation.
Devant la gravité de la situation et de la riposte nécessaire, la CGT – Solidaires - FSU du département du Nord appellent l’ensemble des salariés, des syndicats, des unions locales et professions à multiplier les initiatives pour créer les convergences de luttes nécessaires à la grève, à manifester le matin en territoire ainsi que l’après-midi en région à Lille.


La FSU et le SNEP-FSU reçus par la région Hauts de France
12/09/17

La FSU et le SNEP-FSU ont été reçus par les représentants de la région en charge des lycées. Ce rendez-vous était attendu depuis la dernière audience de la région, le 7 novembre 2016. La FSU avait renouvelé à de nombreuses reprises sa demande d’audience.
Parmi les points abordés lors de cette audience, figuraient l' EPS et le Sport Scolaire:
La région s’est engagée à mettre en place le groupe de travail équipements sportifs - subventions EPS-Sections Sportives et Sport Scolaire sous la forme qui existait dans la région Nord Pas-de-Calais et ce après le 16 octobre 2017, date des instances régionales qui acteront les différents budgets et orientations politiques.
Ce groupe de travail se fera au niveau de la région Hauts de France avec des représentants des syndicats, de la région et de l’État, en particulier, les IPR de la discipline.
Difficulté financière des Associations sportives des établissements : de nombreux personnels de direction n’avaient pas compris les informations données sur le financement du sport au lycée et sur les associations sportives. Il est de la responsabilité des CE et des CA de définir le subventionnement des associations sportives.
La cour des comptes régionale effectue un suivi de la région depuis 4 mois, et le poursuivra pendant encore un an. La région revoit donc la légalité des subventionnements des établissements pour les différentes activités. La région ne souhaite pas créer trop de subventions spécifiques car elles devraient alors aussi être versées aux établissements privés, selon la législation.
Le financement de l’EPS est inclus dans le budget de l’établissement.
Discussion sur le financement des Associations Sportives par la région Hauts de France et par les établissements.
Structure UNSS : subventionnement par la région (Commission Sport : Vice Présidente Florence Bariseau) de la structure au niveau Nord Pas de Calais et Picardie, des précisions seront apportées lors du GT Sport.

Le SNEP-FSU participera à ces groupes de travail réclamés depuis plus d’un an.


 
Collège : quoi de neuf à la rentrée 2017 ?

Avec les modifications contenues dans l’arrêté du 16 juin, les collèges peuvent assouplir l’organisation des EPI et AP en ce qui concerne les thématiques, les horaires et le nombre de séquences. Le ministre communique beaucoup sur le rétablissement de toutes les sections bilangues, ainsi que du latin et du grec. Mais, aucun financement n’ayant été débloqué, seuls un nombre limité d’établissements aura fait le choix d’établir une nouvelle répartition des moyens pour rétablir ces options.

Devoirs faits, évaluations de Sixième
Autre objet de communication du ministère, « devoirs faits » commencera après les vacances de la Toussaint et ne concernera que les élèves volontaires. Faute d’AED et de moyens pour rémunérer des enseignants , le ministère compte s’appuyer sur les volontaires du service civiques et sur le bénévolat d’associations, ou détourner les moyens de l’accompagnement éducatif en REP. Se pose de plus la question des transports scolaires, qui pourrait conduire à l’éviction de certains collèges ruraux du dispositif. Il s’agit donc d’une mesure en trompe-l’œil.
L’évaluation des élèves de Sixième en français et mathématiques devrait se faire en ligne en novembre, sur un questionnaire d’une durée de 50 mn, avec correction automatique. Les résultats seront communiqués aux enseignants, qui pourront faire suivre aux familles. Il ne devrait pas y avoir d’exploitation en vue de classement des établissements, mais des outils seraient donnés aux équipes en vue d’une exploitation didactique.

Et n’oublions pas la rentrée en musique. Rien n’illustre mieux le déni ministériel que le tweet sur le « bonheur » de la « rentrée en musique » de J-M. Blanquer, lors de sa visite de la Réunion, alors même que trois écoles sur quatre y étaient fermées à la rentrée du fait des suppressions des emplois aidés.
Lire la suite >>


La FSU appelle à soutenir et à investir les manifestations du 12 septembre
04/09/17

La FSU appelle à soutenir et à investir les manifestations du mardi 12 septembre contre la destruction du Code du Travail. Un préavis national est déposé pour couvrir les arrêts de travail.

- 7h-9h, Arras, Gare, Distribution intersyndicale de tracts
- 9h, Béthune, Place de l’Europe
- 10h, Valenciennes, Place d’Armes
- 10, Douai, Place d’Armes
- 14h30, Lille, Porte de Paris, Manifestation régionale.

- 15h, Dunkerque, Gare
- 9 h 30, Boulogne, Bourse du travail
- 10h, Calais, Mairie

Appel intersyndical départemental pour la journée de grève et de manifestations le 12 septembre 2017.

Le 20 septembre 2017, Macron, son gouvernement, le Medef ont décidé de détruire le code du travail, sans épargner les salaires, les conventions collectives, les institutions représentatives du personnel, le plafonnement des indemnités prud’homales, la protection sociale, l’annonce de 120 000 suppressions d’emplois dans la fonction publique ainsi que le gel du point d’indice, le rétablissement de la journée de carence, la loi d’habilitation en prônant la précarité comme modèle social, l’assurance chômage, le gel des pensions, la hausse de la CSG……

C’est une vraie machine de guerre sous ordonnance qui se met en place contre l’ensemble des salariés (privé, public, retraités, privés d’emplois ainsi que notre jeunesse), cette machine vise à détruire tous les conquis sociaux gagnés par le monde du travail.

Ces choix politiques ne favoriseront pas la reprise de l’Economie. Ce qui l’affecte, ce sont l’ensemble des somptueux cadeaux aux entreprises sous formes d’exonérations de cotisations à l’image du CICE ainsi que du pacte de responsabilité. Ce sont les gigantesques dividendes versés aux actionnaires au détriment de l’investissement, de la recherche et de l’innovation.

Devant la gravité de la situation et de la riposte nécessaire, la CGT – Solidaires - FSU du département du Nord appellent l’ensemble des salariés, des syndicats, des unions locales et professions à multiplier les initiatives pour créer les convergences de luttes nécessaires à la grève, à manifester le matin en territoire ainsi que l’après-midi en région à Lille.


Collèges Nord : nouvelles modalités de financement pour l'utilisation des salles de sports municipales rentrée 2017
Le 03/07/17

Le SNEP-FSU a été reçu le lundi 3 juillet 2017 par les élus du conseil départemental.

Le SNEP-FSU est surpris de n’avoir pas été consulté sur cette question alors qu’il est le syndicat le plus représentatif des enseignants d’EPS (82%) et siège au CDEN au titre de la FSU. Ce changement dans les modalités de subvention représente pour nous un transfert de compétence de la collectivité vers les établissements scolaires alors que les lois de décentralisation (du 16 juillet 1984 et circulaire du 9 mars 1992) précisent que cette responsabilité incombe au département.

Lire Communiqué de presse SNEP-FSU Lille

Le SNEP-FSU interpelle le Président du Conseil départemental Nord
Lire la lettre

Le SNEP-FSU appelle les équipes EPS des collèges Nord :
- à utiliser la lettre type de dénonciation des nouvelles modalités de calcul pour l’accessibilité des collégiens aux équipements sportifs extra muros
- à l'adresser au Président du Conseil Départemental du Nord.


Rentrée en musique : le retour du pipeau

Les recteurs et chefs d’établissements ont reçu le jour de la fête de la musique une note du Ministre leur demandant de proposer aux élèves, qui étaient déjà présents l’année précédente, d’accueillir leurs nouveaux camarades en musique, manière chaleureuse de leur souhaiter la bienvenue.

Le SNES-FSU s’étonne de tant d’ignorance quant à la réalité de la rentrée dans les établissements et de celle du métier de professeur d’éducation musicale et de chant choral. Présenter un accueil chanté et/ou en musique ne se fait pas d’un coup de baguette.
Cela demande du temps, de la préparation, des répétitions...comme pour tout apprentissage.
Imaginer que le 4 septembre, les élèves puissent reprendre au pied levé les chants appris l’année précédente (quand bien même la fin de cette année y serait entièrement dédiée) témoigne d’une méconnaissance voire d’un mépris du métier. Si l’objectif est de valoriser l’éducation musicale, M. le Ministre devrait d’abord tout mettre en oeuvre pour que tous les établissements disposent des moyens nécessaires pour faire vivre une chorale.

Mais il est vrai qu’on s’éloigne des roulements de tambour et des plans com’ déjà chers au nouveau ministère